Pemphigoïde bulleuse : détail de cette maladie auto-immune

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



La Pemphigoïde bulleuse est une dermatose. Autrement dit, une maladie de la peau. C’est une affection des épidermes non contagieuse qui se manifeste par les lésions de la peau en plaques rouges. C’est une maladie d’origine auto-immune qui est causée par l’attaque du corps (les éléments constitutifs de la peau) par ses propres défenses immunitaires.

Il existe plusieurs formes dont la forme bulleuse, la forme vésiculeuse, forme urticarienne et la forme de prurigo. Nous vous exposons tous les détails concernant la forme bulleuse de cette maladie auto-immune.

Pemphigoïde bulleuse: détail de cette maladie auto immune

Origine de la Pemphigoïde bulleuse

Pour rappel, c’est une infection auto immune. C’est-à-dire que c’est une maladie découlant de la production d’anticorps par l’organisme contre ses propres cellules.

Ces anticorps entraînent la destruction des tissus sous-épidermiques et affectent la peau en attaquant les macromolécules du derme et de l’épiderme. Ensuite, un décollement entraîne l’apparition des bulles sur la peau.

Certains gènes sont également à l’origine de la Pemphigoïde bulleuse, en dépit du fait qu’elle ne soit pas une affection héréditaire. Cependant, les risques d’infections par des gènes sont très limités.

L’âge est aussi un facteur susceptible de causer cette maladie, elle survient généralement à l’âge de 70 ans. Il existe toutefois des cas où cette affection auto immune survient chez des enfants. C’est une maladie à forte prédominance chez le sexe féminin.

Les symptômes de cette maladie auto-immune

Cette maladie est caractérisée par l’apparition des grosses bulles comprises entre 3 et 4 cm et de couleur claire. Les bulles apparaissaient généralement sur des parties rougeâtres de la peau. Elles peuvent également apparaître sur d’autres surfaces du corps, mais le font rarement sur le visage.

On note aussi des démangeaisons de la peau qui précèdent l’apparition des bulles. Selon les formes de la maladie, les symptômes sont différents. La forme généralisée ou bulleuse qui est d’ailleurs la plus courante se manifeste par l’apparition des bulles plutôt blanches et des démangeaisons.

La forme vésiculeuse qui est la moins fréquente se définit quant à elle, par l’apparition des petites cloques sur des mains. La forme urticarienne se manifeste par l’apparition des plaques urticaires qui sont à l’origine de graves démangeaisons.

La forme prurigo de cette affection se traduit par des insomnies, des démangeaisons intenses et l’apparition de croûtes au lieu des bulles.

Certains patients peuvent ne pas présenter tous ces symptômes à la fois. Ils peuvent varier. C’est pourquoi dans certains cas on remarque des rougeurs, des démangeaisons et des irritations. Généralement, les principaux symptômes sont la démangeaison, la rougeur et les bulles. Ces dernières finissent par éclater et entraînent ainsi des plaies douloureuses.

Prévention et traitement de la Pemphigoïde bulleuse.

Pour prévenir la Pemphigoïde bulleuse, un diagnostic différentiel est nécessaire. Cela se fait à travers une biopsie cutanée qui consiste à prélever des échantillons au niveau de la peau pour les analyser. On note aussi l’usage de l’immunofluorescence pour mettre en évidence les anticorps prélevés dans le sang.

Le but du traitement est de réduire l’apparition des bulles et de guérir celles déjà existantes. Dans ce cas, on fait recours à la corticothérapie générale. Par ailleurs, une corticothérapie typique et des dermocorticoïdes de classe 1 sont envisageables. Une prescription d’antibiotiques tétracyclines est aussi recommandée pour suivre le traitement.

En définitive, le plus important quand on souffre de cette maladie est de suivre les instructions et les prescriptions de son médecin traitant. Il est aussi recommandé de consulter un dermatologue, dès l’âge de 70 ans afin de prévenir efficacement cette maladie.


Lisez aussi:

Myasthénie: l’alimentation peut-elle favoriser un retour à la normale?

Respiration abdominale pour soulager la polyarthrite rhumatoïde?