Myasthénie: l’alimentation peut-elle favoriser un retour à la normale?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Caractérisée par une grande fatigue et l’affaiblissement des muscles, la myasthénie est une maladie chronique. La pathologie est aggravée par un effort musculaire, et le patient a besoin de repos pour améliorer sa situation. L’aggravation de la maladie peut causer des accidents respiratoires.

Il est donc important de savoir la conduite à tenir afin d’améliorer ses conditions de vie. D’où la question de savoir si l’alimentation joue un rôle dans le processus de guérison de cette maladie.

Myasthénie: l’alimentation peut-elle favoriser la guérison ?

Qu’est-ce que la myasthénie ?

La myasthénie est une maladie causée par une absence de communication entre les muscles et les nerfs. Les muscles s’affaiblissent rapidement et le malade ressent une fatigue intense. Cet épuisement s’intensifie généralement en début ou en fin de journée.

Outre la fatigue et la faiblesse musculaire, certains autres signes peuvent apparaître. Il s’agit notamment des difficultés à mastiquer et à déglutir, des troubles de la vision, des troubles de la marche qui devient parfois instable, des difficultés de la parole et des paupières tombantes.

Traitement de cette maladie

En réalité, il n’existe pas de traitement pour guérir totalement la myasthénie. Il existe toutefois des méthodes pour soulager les symptômes et les signes. Le médecin traitant peut prescrire :

  • un traitement médicamenteux : les inhibiteurs de la cholinestérase qui améliorent la communication entre les muscles et les nerfs. Les corticoïdes qui inhibent le système immunitaire, et les immunosuppresseurs qui peuvent entraîner de violents effets secondaires
  • un traitement par voie intraveineuse : la plasmaphérèse pour le filtrage du sang suivant le même principe que la dialyse. L’immunoglobuline qui fournit à l’organisme les anticorps normaux dont il a besoin, ou encore un anticorps monocal tel que le rituximab
  • La chirurgie : pour les rares patients ayant développé une tumeur du thymus.

Par ailleurs, il est important de varier et d’équilibrer son alimentation.

L’alimentation peut-elle favoriser la guérison de la myasthénie ?

Même si une totale guérison de la myasthénie n’est actuellement pas possible, l’alimentation favorise le bon fonctionnement de l’organisme et limite les risques de fatigue et d’affaiblissement des muscles.

La chose la plus importante est d’éviter de prendre du poids. Cela signifie donc qu’il faut éviter les aliments riches en gras. En effet, l’augmentation de la masse corporelle fatigue les muscles et augmente les risques de diabète.

À cause de la difficulté à mastiquer et à déglutir, il est préférable de soustraire de son alimentation les aliments difficiles à mâcher et d’opter pour les crèmes et les purées.

Les patients sous stéroïdes doivent privilégier les produits alimentaires riches en potassium, en calcium et en vitamine D. L’apport en magnésium, en acide folique et en vitamine B12 n’est pas du tout nécessaire.

Les personnes atteintes de myasthénie doivent éviter certains sodas contenant la quinine, qui peut affaiblir les muscles et aggraver la maladie. Il en est de même de la caféine. Cette substance peut rendre le patient agité, et provoquer des palpitations, des tremblements et de l’anxiété.

Aussi, l’alcool affaiblit les muscles. Les personnes myasthéniques doivent donc l’éviter. La consommation de sel doit également être modérée, afin de réduire les risques de rétention d’eau.

En définitive, la myasthénie reste une maladie dont on ne peut prétendre se rétablir totalement. Seulement, en respectant les règles d’hygiène et d’alimentation il est possible de réduire les symptômes et de vivre une vie normale le plus longtemps possible.


Lisez aussi:

Maladie de Kawasaki: quelles sont les recommandations ?

Pemphigoïde bulleuse : détail de cette maladie auto-immune