Lupus érythémateux disséminé : causes et symptômes ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le lupus érythémateux disséminé est la forme la plus courante de lupus. Malgré les recherches avancées, ses causes ne sont pas totalement élucidées. Cependant, elle se diagnostique rapidement grâce à ses symptômes. Dans cet article, nous vous disons tout sur les causes possibles et les symptômes de cette maladie.

Lupus érythémateux disséminé: causes et symptômes ?

Lupus érythémateux disséminé : qu’est-ce que c’est ?

Le lupus érythémateux disséminé est une maladie auto-immune. Chez une personne en bonne santé, le système produit des anticorps pour se protéger des attaques extérieures. Cependant, chez une personne atteinte du lupus, le système est hyperactif et présente des anomalies de fonctionnement et de reconnaissance.

Alors, il produit des anticorps pour lutter contre les attaques extérieures, mais également contre ses propres tissus. Il provoque de ce fait des inflammations dans un ou plusieurs organes : néphrite, réaction cutanée, atteinte cardiaque ou pulmonaire, etc.

La maladie est chronique et évolue par poussées, entrecoupées de phases de rémission qui peuvent parfois être longues. Chez certaines personnes, elle peut affecter un seul organe tandis que d’autres auront des répercussions plus graves.

Quelles en sont les causes hormonales et génétiques ?

Le lupus érythémateux disséminé touche essentiellement les femmes. 90 % des cas de lupus concernent des jeunes femmes. Ce qui permet de mettre en avant la composante hormonale à cause de la forte poussée hormonale des jeunes femmes. Ainsi, il est plus rare, chez les femmes, d’avoir un lupus après 50 ans.

Il semble qu’un gène soit à la base du lupus, sans qu’on ait pour autant encore totalement compris son rôle dans l’apparition et le développement de la maladie. Dans la plupart des cas, il existe un terrain génétique prédisposant aux maladies auto-immunes.

Par exemple, dans une même famille quelqu’un peut être touché par une polyarthrite rhumatoïde, un autre par un lupus et une troisième personne peut développer une sclérose en plaques.

Il peut également y avoir plusieurs personnes atteintes du lupus dans une même famille. Certaines populations semblent également plus touchées que d’autres comme les Sud-Américains, les Asiatiques et les personnes de peau noire.

Quelles en sont les causes environnementales ?

Certains facteurs environnementaux jouent un rôle déterminant dans la contraction de cette maladie. Il s’agit de :

  • la pollution
  • l’alimentation industrialisée (il est conseillé de manger sainement et d’éviter le surpoids)
  • le tabac, il multiplie par 2 les chances de déclencher un lupus. Il aggrave également le tableau clinique des patients et diminue la réponse aux traitements.

Le stress aussi constitue un élément déclencheur.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Les symptômes varient d’une personne à une autre, car la maladie peut toucher tous les organes et tissus du corps. Habituellement, elle se manifeste par des symptômes spécifiques ou non spécifiques qui peuvent apparaître brutalement ou progressivement.

Symptômes non spécifiques, il y a : une fatigue extrême, une perte de poids inexpliquée et continue ou une prise de poids due à une rétention d’eau, des poussées de fièvre inexplicables et des ganglions enflés.

Symptômes spécifiques, il s’agit : de douleurs, raideur et de gonflement aux articulations une plaque rouge sur le haut des joues et à la racine du nez en forme d’ailes de papillons une grande sensibilité au soleil qui se manifeste par des éruptions cutanées des plaques en relief en forme de disque qui peuvent apparaître sur le visage, le cuir chevelu et la poitrine de petites plaies indolores dans la bouche ou les narines une douleur à la poitrine lors des respirations profondes et parfois une toux ou une difficulté à respirer, etc.


Lisez aussi:

Diabète de type 1: quelle différence avec le type 2 et 3 ?

Maladie de Basedow : comment réduire son niveau de stress ?