Diabète de type 1: quelle différence avec le type 2 et 3 ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le glucose est essentiel pour le corps, car il constitue sa principale source d’énergie. Toutefois, il a besoin de l‘insuline pour pouvoir assurer cette fonction. Il peut arriver que vous ne créiez pas assez d’insuline ou que cette dernière n’arrive plus à remplir sa fonction principale. Le glucose séjourne alors dans le sang sans atteindre les cellules.

Le pourcentage de glucose devient trop important, déclenchant ainsi le diabète. Plusieurs types de diabète existent. Le type 1 anéantit les cellules productrices d’insulines. Les types 2 et 3 ont leurs particularités. Comment faire la différence entre le type 1 et les types 2 et 3 du diabète ?

Diabète de type 1: quelle différence avec le type 2 et 3 ?

Diabète de type 2 : la résistance à insuline

Un des rôles du pancréas est de sécréter de l’insuline. Cependant, il peut arriver que le pancréas n’en produise. Il s’agit là d’un diabète de type 1. Aussi, parfois, l’insuline produite ne joue pas correctement son rôle. Cette mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules du corps provoque une résistance à l’insuline, c’est là qu’on parle de diabète de type 2.

Le diabète de type 2 est réputé pour abîmer l’organisme. Il dégrade les organes du corps, les vaisseaux sanguins et les nerfs. Les malades souffrants du diabète de type 2 sont obèses.

En effet, leurs cellules n’arrivent pas à bien absorber le glucose, car elles ne sont pas sensibles à l’insuline. Appelé le diabète gras, il se produit chez les personnes obèses autours de la cinquantaine.

Une des particularités de ce type de diabète est de se développer dans un groupe ethnique où il est déjà présent. Par exemple, les Asiatiques, les Autochtones ou Hispano-Américains.

L’hypertension artérielle est l’une des caractéristiques des personnes souffrantes du diabète de type 2. Ce dernier est aussi diagnostiqué chez la femme enceinte. La particularité dans ce cas, est qu’elle donnera naissance à un nouveau-né de quatre Kilos. Cette forme de diabète est connue sous le nom de diabète gestationnel.

Diabète de type 3 : le diabète du cerveau

Le diabète de type 3 est plus dévastateur que le diabète de type 2. Il dégrade lui aussi les organes du corps, les vaisseaux sanguins et les nerfs tout comme les diabètes de types 1 et 2.

Toutefois, la particularité du diabète de type 3 est la dégénérescence qui se répand dans l’esprit. Le terme diabète du cerveau  est venu, du fait que des chercheurs ont en effet constaté un lien entre le diabète et la démence.

Le cerveau est rempli d’un grand nombre de récepteurs d’insulines. Ces derniers ne sont pas présents uniquement dans les reins, muscles et foie. Le manque de capacité de l’organisme à assurer la régulation du glucose est un facteur commun aux trois types de diabète.

Étant donné que le cerveau se repose sur le glucose pour s’alimenter en énergies, il n’est pas à l’abri. Il subira le même sort que le reste des organes atteints, lorsque le pancréas sécrétant l’insuline fonctionnera mal.

Ainsi, une alimentation riche en sucre présente un risque de déficits d’apprentissage et de mémoire. En effet, les cellules du cerveau vont montrer un déficit de sensibilité à l’insuline. Ce déficit va s’accroître avec l’austérité de la démence.

Les cellules des neurones vont muter et deviendront résistantes à l’insuline, d’où la justification du fait qu’elles n’utilisent plus convenablement le glucose. Cette déficience de la régulation du glucose peut, sur une longue durée, participer à la maladie d’Alzheimer.

Voilà donc les différences qu’on peut faire entre le diabète de type 1 celui de 2 ou 3.


Lisez aussi:

Dermatomyosites : quel traitement naturel ?

Lupus érythémateux disséminé : causes et symptômes ?